Que voulons-nous manger en 2050?

ÉPolAr a créé un atelier d’écriture prospective sur l’alimentation, intitulé « Que voulons-nous manger en 2050 ? ». Depuis septembre 2022, nous avons animé cet atelier lors de la Fête de la Science, auprès d’étudiants à l’université, en école d’ingénieur ou de commerce, de lycéens, d’enseignants ou chercheurs…

Aujourd’hui nous mettons en ligne une boîte à outil complète, disponible en français et en anglais, pour permettre à chaque personne intéressée d’animer cet atelier auprès d’un groupe de personnes.

À retrouver sans tarder dans l’onglet « Atelier d’écriture » du menu !

Attérir ou périr

Journée d’action le 13 novembre 2022 (https://expansive.info/NO-VOLARAN-Atterir-ou-perir-Rennes-Journee-d-action-le-13-novembre-3537)

Prise de parole du collectif ÉPolAr

« Ah, Lisbonne ! La douceur de vivre du Portugal… Qui parmi vous est allé à Lisbonne ? Déguster un plat de bacalao dans un petit restaurant au bord du Tage ?

J’ai regardé sur internet ce matin, j’ai trouvé un vol aller-retour Rennes – Lisbonne pour 62€. (J’ai bien dit aller-retour.) Si je ne parle pas trop longtemps, vous pourrez prendre le vol qui part à 18h. Vite, je me dépêche.

Je prends la parole au nom du collectif ÉPolAr, Écologie Politique en Armorique (1). Nous sommes des scientifiques de toutes les disciplines. Les scientifiques, c’est sérieux, les scientifiques, c’est pas drôle, les scientifiques ça aligne les chiffres. Je suis venu pour vous assommer avec des chiffres.

En ces temps de COP27, les pays développés vont discuter entre eux de plein de mesures et les pays en développement auront du mal à se faire entendre… Alors j’ai essayé de déplacer mon regard, de déplacer le point d’où l’on regarde. J’ai regardé quelques indicateurs cruciaux pour comprendre les différences de point de vue des pays. Dans le secteur du transport aérien, un indicateur crucial c’est l’énergie. C’est le premier poste en terme de coût. Les avions, ça aspire de l’énergie aussi vite que la pub aspire notre cerveau. Voyons quelques chiffres fournis par l’Agence Internationale de l’Énergie en 2019 sur la consommation d’énergie primaire dans différents pays, en gigajoules par habitant (GJ/hab) (2) :

  • États-Unis 282
  • France 150
  • Portugal 88
  • Éthiopie 16
  • Tanzanie 16
  • République démocratique du Congo 15

Waou !! Les États-Unis consomment presque deux fois plus d’énergie par habitant que nous autres français ! Mais attends : les portugais, eux, consomment presque deux fois moins ?! Est-ce que cela s’explique par une différence dans la qualité de vie ? Pour le savoir, j’ai regardé des chiffres sur l’espérance de vie fournis par l’Organisation Mondiale de la Santé. Voici les derniers chiffres disponibles de l’espérance de vie actuelle, hommes et femmes confondus (chiffres 2019, voir (3)) :

  • États-Unis 78,5
  • France 82,5
  • Portugal 81,6

Peut-être que les français et les portugais vivent vieux, mais malades ? Voyons les chiffres de l’espérance de vie en bonne santé (chiffres 2019, voir (4)) :

  • États-Unis 66,1
  • France 72,1
  • Portugal 71,0

Mince alors, la France et le Portugal font jeu égal, et sont 5 points au-dessus des États-Unis. Il semblerait que nos amis nord-américains n’ont pas trouvé la bonne formule pour convertir l’énergie en espérance de vie. Et si nous, français, nous inspirions des portugais ? Il semble qu’on pourrait être deux fois plus sobre pour le même résultat…

Ah, et dans tout ça j’ai oublié de commenter les pays africains. Nous autres pays développés, on les oublie toujours, c’est ballot ! Eh bien oui, eux sont autour de 16 gigajoules par habitant d’énergie primaire consommée. Ça fait 17 fois moins qu’aux États-Unis tout de même ! Et devinez qui sera le plus écouté à la COP27 ? Ce qui est étonnant, c’est qu’on va décider un peu à leur place, quand même, il faut bien le dire, tout un tas de contraintes qui s’imposeront à eux pour limiter le réchauffement climatique. Mais les émissions de gaz à effet de serre (GES), cause principale du réchauffement,ne sont pas vraiment les mêmes. J’ai regardé les chiffres (sur le site de la Fondation Mo Ibrahim (5)), il n’y a pas de mystère : les émissions de GES des États-Unis sont 20 fois plus élevées que celles des pays d’Afrique.

Alors que peut-on faire ? C’est simple. Il faut, d’une part, œuvrer pour que les 600 millions d’africains qui n’ont pas d’accès à l’énergie de base, y aient accès (voir le site (5)). D’autre part, de notre côté, nous devons cesser radicalement d’émettre des gaz à effet de serre.

C’est le moment de revenir au sujet de l’avion, qui nous réunit aujourd’hui, car je sens que ce que je vous ai dit sur la qualité de vie au Portugal pourrait vous donner envie de prendre le vol de 18h.

NE LE PRENEZ PAS ! Car avons-nous envie, avons-nous besoin, de passer des week-ends à l’autre bout de l’Europe, voire sur le continent voisin ? Avons-nous besoin de haricots verts hors saison cultivés au Kenya ? De pommes de Nouvelle-Zélande ? De viande de bœuf argentine ? De tous ces gadgets du e-commerce dont l’explosion a fait décoller le secteur du fret aérien ? NON ! Nous n’en avons pas besoin et nous ne devons plus en avoir envie. Ne prenez pas le vol de 18h ! Arrêtons les week-ends à Lisbonne, limitons les vols professionnels au strict nécessaire. En pratiquant une frugalité d’inspiration portugaise, nous pourrons préserver notre qualité de vie et essayer de résoudre les problèmes de l’Afrique.

Bon, j’ai trop parlé, je vous ai trop assommés, je vous quitte, je prends mon vélo et je pédale jusqu’à Lisbonne. »

Références en ligne (toutes consultées le 12 novembre) :
(1) https://epolar.hypotheses.org/ ou sur le site de la MSHB https://www.mshb.fr/%C3%A9cologie-politique-en-armorique
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Ressources_et_consommation_%C3%A9nerg%C3%A9tiques_mondiales#Consommation_%C3%A9nerg%C3%A9tique_mondiale
(3) https://www.who.int/data/gho/data/indicators/indicator-details/GHO/life-expectancy-at-birth-(years)
(4) https://www.who.int/data/gho/data/indicators/indicator-details/GHO/gho-ghe-hale-healthy-life-expectancy-at-birth
(5) https://mo.ibrahim.foundation/research/data-stories/cop27-africas-climate-paradox

Communiqué du collectif d’organisation

Pour imposer une vraie réduction du trafic aérien en plein pendant la COP27, le dimanche 13 novembre, à Rennes nous nous rassemblerons devant la mairie de Saint Jacques de la Lande à partir de 15h30 pour marcher ensuite vers l’aéroport.

L’aviation est l’exemple parfait d’un secteur polluant, majoritairement non essentiel et qui repose sur des politiques socialement injustes et inadaptées au défit du changement climatique. Demander la diminution du trafic est un des leviers les plus sensés pour relever le défit immense qu’est la lutte contre le changement climatique et transitionner vers une société plus juste et durable.

Rejoins le mouvement le dimanche 13 novembre, avec détermination et non-violence, pour la réduction du trafic aérien et la reconversion de ce secteur.

L’impact environnemental du trafic aérien n’est plus un secret pour personne : en 2019, en France (vols intérieurs et vols internationaux au départ de France), le secteur aérien a émis directement 24,2 millions de tonnes de CO2, soit +85% par rapport à 1990 et maintenant que la sobriété énergétique s’est imposé dans le débat public, il est nécessaire qu’elle s’applique aussi aux secteurs les plus polluants.

Le rapport de 2020 de la Cour régionale des Comptes n’est en effet pas tendre avec les huit aéroports bretons : ils sont trop nombreux (0,29 aéroport pour 1000km2, contre 0,11 en moyenne en France) pour un trafic concentré, en 2018, à 80% sur celles de Brest et trop dépendants des aides publiques (notamment le vol Quimper-Paris où les aides dépassent 300€ par passager).

Nous demandons la FIN

  • des subventions de l’aérien par les régions hors missions d’intérêt général
  • de la circulation des jets privés cet hiver
  • des quotas gratuits d’émissions de CO2 de l’aviation
  • des vols courts intérieurs qui ont une alternative en train en moins de 4h 
  • des 10 projets d’extension d’aéroports français
     
    Nous demandons
  • La taxation du kérosène et la mise en place d’une véritable TVA sur les vols intérieurs mais aussi européens,
  • La construction d’une vraie feuille de route des mobilités dans chaque région et au niveau national pour augmenter le ferroviaire, alternative à l’aérien au niveau de chaque région en s’inspirant de nos voisins allemand ou espagnol (billets de trains gratuits ou peu chers)
  • Un soutien des travailleur·ses de l’aéronautique et un accompagnement dans leur reconversion,
  • Une charte de la publicité dans toutes les communes pour interdire les publicités aériennes comme prévu par la loi climat et résilience.
  • Considérant l’objectif de réduction de l’exposition au bruit du plan national santé Environnement et sachant qu’une augmentation de l’exposition au bruit des avions de 10 dB est associée à un risque de mortalité plus élevé de 18 % pour l’ensemble des maladies cardiovasculaires selon le rapport DEBATS, nous demandons la mise en place d’un couvre feu de 8h sur tous les aéroports de l’ouest. 

L’étude « Boarding Classes. Mesurer la démocratisation du transport aérien en France » le montre, la prétendue démocratisation du transport aérien n’est qu’une façade, la banalisation du transport aérien se comprend comme une multiplication des voyages plutôt qu’une multiplication des voyageurs.
Les chiffres sont sans appel :

  • 11% seulement des Français disent prendre régulièrement l’avion (2% plusieurs fois par mois, 9% plusieurs fois par an), 56% le prennent occasionnellement (21% une à deux fois par an, 35% de façon exceptionnelle), tandis que 33% ne le prennent jamais.
  • qui prend l’avion ? les cadres d’abord (24% d’entre eux prennent l’avion plusieurs fois par an), les dirigeants d’entreprise (17%), les catégories aisées (28%), les diplômés du supérieur (20%) et les habitants de l’agglomération parisienne (17%).
    Demander une réduction du trafic aérien c’est demander que la sobriété soit mise en place en premier pour les plus pollueurs : les plus aisé.es.

Colloque Sauvage : ÇA VA CHAUFFER !

Au programme de ce colloque sauvage post-présidentielles :

Yann Cassagnou (Attac) — Fin du monde et fin du mois, même combat !
Laurent Jeanneau (CNRS) — Quand la recherche fait son bilan carbone
Louis Amiot (Univ. Rennes 2) — Les impacts du changement climatique à Rennes
Blanche Lormeteau (CNRS) — Urgence climatique : quand les juges s’en mêlent
Elodie Merlot (INRAE) — Crise écologique et pandémies
Matthieu Romagny (Univ. Rennes 1) — Notre maison brûle et nous minons du bitcoin

Ciné-débat / LA FABRIQUE DES PANDÉMIES

Le 23 juin à 20h15 au cinéma Arvor à Rennes

Depuis les années 1970, le rythme d’apparition de nouvelles maladies émergentes s’est accéléré. Ce sont le plus souvent des zoonoses, c’est-à-dire des maladies présentes chez les animaux avant de se transmettre et de se développer chez les humains. Quels sont les mécanismes à l’oeuvre ? C’est à cette question que « La fabrique des pandémies » répond en donnant la parole à une douzaine de scientifiques qui nous mettent en garde : si nous continuons de détruire les écosystèmes, nous connaîtrons « une ère d’épidémie de pandémies », pour reprendre les mots du parasitologue Serge Morand (CNRS), l’un des pionniers français de l’écologie de la santé.
Après la publication de son livre du même nom, Marie Monique Robin propose « de magnifiques images et des paroles fortes ! Je voulais vraiment montrer la beauté de la biodiversité, en donnant envie de la protéger. Le film apportera aussi un éclairage inédit en donnant la parole à des scientifiques et spécialistes de terrain, qui ont l’impression de prêcher dans le désert. Curieusement, l’impressionnante expertise qu’ils ont accumulée est largement ignorée des politiques qui se contentent de parer au plus pressé– avec des mesures sanitaires et des vaccins – sans s’attaquer aux causes qui sont à l’origine des pandémies….en remettant de la cohérence dans les désordres qui nous assaillent et en fournissant des outils à tous ceux, citoyens, associations et organisations internationales, qui œuvrent pour que le « Jour d’après » ne ressemble pas au « Jour d’avant »…… Ce film est un hommage à la nature, que nous ne pouvons plus continuer à sacrifier, sous peine de sacrifier nos propres enfants… »
L’opposition entre la préservation de la planète et la création d’emplois, entre la fin du mois et la fin du monde, est une imposture. Il faut interroger les fondements du capitalisme et dénoncer ses impacts globaux, sociaux et écologiques. En Bretagne par exemple, l’activité agricole et agroalimentaire est emblématique d’un modèle de développement mortifère, où les rapports déséquilibrés établis avec la nature et avec les autres régions du monde génèrent des conséquences socio-économiques, écologiques et sanitaires bien au-delà du territoire régional.
Venez débattre de toutes ces questions fondamentales à l’issue du film.

Après la Convention Citoyenne pour le Climat, de nouvelles voies juridiques pour la transition écologique ?

La conférence a été enregistrée et peut être revisionnée : vidéo de l’événement.

Le 27 janvier 2022 de 18h à 20h dans les locaux de la MSHB et en visioconférence.

La Convention Citoyenne pour le Climat (CCC) a mandaté 150 personnes tirées au sort pour définir des mesures permettant une baisse d’au moins 40 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 dans un esprit de justice sociale. La promesse du Président de la République Emmanuel Macron était de les intégrer ensuite “sans filtre” dans la loi Climat et Résilience qui en résulte. Quels sont les effets de cet exercice de démocratie participative ?

Amy Dahan, Marine Fleury et Hélène Guillemot apporteront leur éclairage sur la construction et le déroulement de la CCC à laquelle elles ont participé, sur le devenir des 149 propositions qui ont été faites et sur les effets de leur introduction dans le droit. Nous nous interrogerons en particulier sur les modalités, les lacunes et les succès de cette mise en débat citoyen et gouvernemental de mesures essentielles à une transition écologique. Nous reviendrons sur les conditions de formation de cette assemblée et de déroulement des débats, sur la pertinence des propositions au regard des enjeux climatiques et leur traduction en proposition législative, ainsi que sur les suites données par le gouvernement et leur inscription dans le droit actuel.

Cette expérience amène en outre à se demander quelle est la légitimité des citoyen·nes face aux élu·es et aux juristes. Elle met également en jeu l’appropriation politique et citoyenne des connaissances scientifiques. Elle pose, enfin, une analyse critique de cet exercice de démocratie participative mené dans des conditions bien spécifiques.

Intervenant.e.s :

  • Amy Dahan, Chercheuse au CNRS, spécialiste des relations entre Sciences, Expertise et Politique, co-auteure de Gouverner le Climat ? (Presses de Sciences Po), Centre Alexandre Koyré, EHESS.
  • Marine Fleury, Enseignante-chercheuse en droit public à l’Université de Picardie Jules Verne, Chercheuse associée à l’ISJPS, membre du Comité Légistique de la CCC.
  • Hélène Guillemot, Chercheuse au CNRS, historienne et sociologue des sciences, Centre Alexandre Koyré, EHESS.

Informations pratiques :

  • évènement gratuit mais l’inscription est obligatoire sur le site de la MSHB
  • il sera possible d’assister à la conférence en présentiel à la MSHB (accès)
  • conférence proposée en hybride
  • passe sanitaire obligatoire pour une participation en présentiel

Séminaires d’écolinguistique “Stories we live by”

Il s’agit d’un séminaire d’éco-linguistique d’une heure par mois pour travailler et s’approprier des outils d’analyse critique de discours. Ces rencontres s’appuieront sur
une ressource en ligne : Stories We Live By (ressource entièrement gratuite mise à la disposition du public par Arran Stibbe, professeur à l’Université de Gloucestershire et son équipe).
Les ressources, à regarder en amont de chaque séminaire, sont en anglais mais la discussion pourra avoir lieu en français, ou en mode bilingue. Les participants pourront
aussi apporter d’autres documents, en français ou d’autres langues. Le groupe aura ainsi la
possibilité de créer et alimenter une banque de ressources documentaires commentées
en lien avec les thématiques portées par le collectif ÉPolAr.
Toutes personnes intéressées par ces rencontres peut prendre directement contact
avec Catrin Bellay, maître de conférences en Anglais à l’Université Rennes 2.

La prochaine séance, du 14 octobre 2021, traitera de la partie 2 du cours en ligne, partie qui s’intitule “Ideologies“. Vous trouverez les documents en cliquant ici.

Dates des séminaires : les jeudis 23 septembre, 14 octobre, 25 novembre et 16 décembre 2021, 17h-18h

Contact : catrin.bellay@univ-rennes2.fr

Usage des terres et sécurité alimentaire

Quels scénarios à l’horizon 2050 et quelles actions possibles en local ?

La conférence a été enregistrée et peut être revisionnée : vidéo de l’événement.

Le 10 juin 2021 de 20h à 21h45, dans les locaux de la MSHB et en visioconférence.

Alors que la consommation de produits animaux à l’échelle planétaire va continuer de croitre dans les décennies à venir, il est avéré que l’élevage est un gros utilisateur de terres agricoles et est source d’impacts négatifs sur l’environnement. Par ailleurs, la sécurité alimentaire mondiale sera dans l’avenir compromise par les dérégulations climatiques. Évolution des systèmes d’organisation politiques et économiques mondiaux, changement climatique, relations ville-campagne, systèmes d’élevage et de culture : quels sont les scénarios possibles d’évolution des systèmes alimentaires humains à l’horizon 2050 ? Ces scénarios sont-ils tous les mêmes pour toutes les régions du monde ? Vers le(s)quel(s) devons-nous tendre, ici en Bretagne, et comment agir en ce sens à notre échelle ?

Intervenant.es : Chantal Le Mouël (économiste à l’INRAE), Gregory Oliveira Dos Santos (membre de la Convention Citoyenne pour le Climat), Association Terre de Liens

Comité d’organisation :

Comité d’organisation :
• Catrin Bellay, enseignante-chercheuse en linguistique, Université Rennes 2
• Elias Ganivet, doctorant en science de l’environnement, CNRS et Université de Rennes
• Marion Lemoine-Schonne, chercheuse au CNRS en droit de l’environnement, IODE
• Élodie Merlot, chargée de recherche en physiologie animale, INRAE, Saint-Gilles
• Jérémy Omer, enseignant-chercheur en mathématiques appliquées, INSA Rennes
• Raphaël Ordonneau, étudiant en L3 en Sciences de l’Environnement, Université Rennes 1
• Matthieu Romagny, enseignant-chercheur en mathématiques, Université Rennes 1
• David ar Rouz, enseignant-chercheur en traduction, LIDILE, Université Rennes 2
• Avelyne Villain, docteure en comportement animal, sans affiliation

L’impact écologique de la société numérique

Problème mineur ou angle mort de l’informatisation ?

La conférence a été enregistrée et peut être revisionnée : vidéo de l’événement.

Le 26 mars 2021 à 20h, en visioconférence

Les outils numériques nous accompagnent partout dans notre quotidien, notre travail, nos loisirs. La crise sanitaire Covid a accéléré encore leur déploiement dans nos vies, et les besoins de l’intelligence artificielle produisent une escalade sans fin du nombre et de la taille des grands serveurs de calcul. Mais leur usage a un impact en termes d’énergie, de matières premières, de santé publique… Quelle est l’ampleur du coût environnemental de ces technologies ? Que doit-on mesurer et comment ?

Intervenant.es : Anne-Cécile Orgerie (CNRS-IRISA), Erwan Le Merrer (association Gozdata), Anne Coursan (association Electroni[k])

Comité d’organisation :

  • Catrin Bellay, enseignante-chercheuse en linguistique, Université Rennes 2
  • Elias Ganivet, doctorant en Science de l’environnement, CNRS/Université de Rennes
  • Marion Lemoine-Schonne, chercheuse au CNRS en droit de l’environnement, IODE
  • Elodie Merlot, chargée de recherche en physiologie animale, INRAe, Saint-Gilles
  • Jérémy Omer, enseignant-chercheur en mathématiques appliquées, INSA Rennes
  • Matthieu Romagny, enseignant-chercheur en mathématiques, Université Rennes 1
  • David ar Rouz, enseignant-chercheur en traduction, LIDILE, Université Rennes 2
  • Avelyne Villain, chercheuse post-doctorale en comportement animal

 

ÉPolAr

Le collectif Ecologie Politique en Armorique (EPolAr) réunit des personnes d’origines diverses (universités, instituts de recherche, associations, citoyens…) pour réfléchir à la trajectoire que prend notre société dans le contexte des bouleversements climatiques et écologiques qu’elle connait actuellement. Il souhaite en particulier :

  • utiliser et croiser les connaissances des sciences (au sens large : sciences de la Terre et de la nature et sciences humaines) pour alimenter notre réflexion ;
  • penser les problèmes et imaginer les solutions avec les citoyens et le grand public, c’est-à-dire aborder ces questions de société au sein de la place publique, plutôt que de les confiner dans un cénacle d’individus ayant des compétences spécifiques ou une légitimité restreinte.

EPolAr organise des conférences-débat sur tous les sujets en lien avec l’évolution climatique, le rôle des sociétés humaines et leurs possibilités d’action pour retrouver une place harmonieuse et durable sur la planète. Le collectif souhaite tisser des liens avec les autres individus (citoyens) et regroupements (associations, groupes de travail ou de recherche) engagés dans cette réflexion, qui constituent des lecteurs potentiels naturels pour le carnet de recherche.

Contact : epolar@protonmail.com

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search